SKYLINES

Skylines
Acrylique et gravure.
24 m de L / 1,30 m de H.
2019 / Metaxu, Toulon / Exposition collective : L’infâme carré sémiotique de A. J. Greimas.


«Il y a un sommet où la douleur vole de ses propres ailes, ainsi il y a une certaine intensité de la pensée où les mots n’ont plus part. Les mots conviennent à une certaine précision de la pensée, comme les larmes à un certain degré de la douleur.»
René Daumal « La Grande Beuverie »



Skylines
se focalise sur la ponctuation, et plus particulièrement sur les différents points qui marquent la fin de chacune des phrases du livre le Mont Analogue de René Daumal (récit mêlant quête spirituelle et aventures alpines).
Ce projet propose une traduction visuelle axée sur les respirations et le rythme du récit.
Skylines est une longue « courbe » blanche de 3mm d’épaisseur sur fond noir dont la longueur et la hauteur correspond au 141 pages du livre renversées à 90 degrés et alignées de manière à dessiner une trajectoire continue.
Gravée directement sur les murs dans une action laborieuse, cette ligne induite par la ponctuation du roman, circule dans l’espace de la galerie dans un mouvement ascendant.
A chaque fin de chapitre, un décalage d’une page vers le haut est effectué pour illustrer la progression des protagonistes vers le sommet.
Comme l’ouvrage de René Daumal resté inachevé, dans l’élan d’une phrase suspendue par une virgule, le mouvement du tracé est interrompu dans cet espace noir qui se prolonge et s’estompe pour nous inviter à poursuivre « l’ascension ».
Privés de coordonnées et d’unité de mesure Skylines peut être saisi comme étant un graphique scientifique, topographique, une ligne de crête, une représentation sonore (…), une partition aux multiples couches de significations, une voie ouverte aux interprétations.

 


Skylines / 2019 / vue du Processus de travail

 


Skylines / 2019 / vues de l’exposition collective : L’infâme carré sémiotique de A. J. Greimas / Metaxu / Toulon. 

 

 

 

 

 

 

 

Share: