UNITÉ MOBILE

Unité Mobile

Objets et actions, diaporama et documentation.
Médium, peinture signalétique jaune.
Dimensions : L = 45cm ; H= 42cm ; P=10cm.
2020 / Résidence à L’autre Lieu avec le collectif Kind Of Kin, Arcueil.

 


“L’iconique attaché-case est aussi rigide que les valeurs de la culture d’entreprise dont il est le symbole.”

New York Times


 

L’Unité Mobile = Un module Portatif

L’Unité Mobile est un module portatif fabriqué en série formant un ensemble homogène.
Réalisés en médium, ces objets stylisés au nombre de cinq s’approprient la forme et les dimensions “standards” de la valise porte-document.
Prothèse iconique associée à l’économie et à la bureaucratie, l’attaché case est ici dépossédé de son utilité première, celle de contenir les ustensiles du travailleur.
Affranchi de cette fonction, ce volume géométrique conserve celle de pouvoir être porté et déplacé grâce à une « poignée » interne.
Conçu comme une greffe, l’Unité Mobile recouvre et prolonge la main de l’utilisateur.
Recouvertes d’une peinture jaune équivalente à celle des signalétiques urbaines liées au chantier, ces balises rectangulaires attirent l’attention.

L’Unité Mobile = Un groupe aux dimensions variables

Circulant à deux ou plus (maximum 5 personnes) dans l’espaces publique, le binôme ou le groupe devient au même titre que l’objet transporté, l’Unité Mobile.

Des performances :

L’action de marcher muni d’une Unité Mobile est la base de l’ensemble des événements proposés.
Fonctionnant sur le principe de l’invitation, chaque projet se constitue de communautés singulières.
Lors de ces expériences urbaines, les marcheurs éprouvent et questionne l’espace publique.

WALK, WATCH, SIT, TALK,

Lors de la performance WALK, WATCH, SIT, TALK, les participants invités, équipés chacun d’une Unité Mobile forment un groupe homogène parcourant la ville, une Unité Mobile.
À contre-courant du déplacement efficient, du flux urbain qui standardise les comportements, il s’agit ici d’errer, de glaner et mémoriser les informations que la ville offre à nos sens.
Ces « manifestations » sont des marches d’inspirations, des repérages qui transforment l’expérience que l’on a de la ville.
Dans cette action qui combine déambulation et arrêts épisodiques, c’est le corps qui active et donne la signification à l’objet.
Portés, lors de ces dérives urbaines, ces éléments jaunes vifs deviennent des signes questionnant notre rapport aux objets et à l’espace publique.
Ces extensions corporelles connotées placent la marche, le déplacement, comme étant un acte social à part entière, un travail.
Lors des pauses, cet objet dont l’origine est assimilée au monde économique devient mobilier de repos. Renversée à 90 degrés, l’Unité Mobile se transforme en siège supportant le performer pour qu’il puisse s’asseoir, relater l’expérience vécue et discuter du futur…
Ces marches sont des expériences sensorielles qui fondent ou peuvent influencer les projets futurs des participants.
Immergé dans l’activité, dans le chantier qu’est la ville, il s’agit d’être poreux au choses pour faire surgir des questions et des réflexions liées à notre environnement urbain.
Pour le citadin, le témoin, ces actions sont des apparitions fugaces, l’image condensée d’un événement signifiant. Unité Mobile est un signal « lumineux », un stimulus pouvant perturber mentalement et physiquement le quidam.
Pour le participant, Unité Mobile est un outil prospectif, un générateur de rencontres, de projets et de situations.

 


Vues de la performance WALK, WATCH, SIT, TALK lors de la résidence à l’Autre lieu (la Vache Noire) Arcueil.
Participation : Ida Simon Raynaud, Vidya Kélie, Antoine Proux.
Crédit Photographique : Adrien Chata.


Vues de la restitution de la résidence à l’Autre lieu (la Vache Noir) Arcueil.

 

 

Share: